Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

Archives

19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 09:49


La chavirée annoncée de l'informe (ou difforme ?) Europe paraît beaucoup moins importante que les affaires sordides et/ou roses se déroulant dans le monde du pouvoir.

La Grèce, l'Irlande, le Portugal – pour ce qu'on peut voir – courent le risque de devenir de simples langues régionales et de disparaître en tant que... En tant que quoi ?

- Justement : que quoi ?

Quelle importance « que quoi », lorsqu'on a un vieux satyre pour défrayer la chronique euro-transatlantiquo-mondiale et lorsque l'Europe, dont on ne sait toujours pas qu'est-ce que ou qui elle était, prenait le volant (avec Schengen ou pas Schengen, avec euro ou pas euro) pour difformer ce qui n'est même pas encore formé ?

Quelle importance « que quoi », lorsque le bord nord-africain de la Méditerranée et d'autres Côte d'Ivoire (dont on ne parle, curieusement presque plus) sont en train de sombrer dans des massacres capables d'impacter non seulement notre illusion démocratique, mais la démocratie tout court, dans son immanence ? Quelle importance tout ça, lorsqu'une page émouvante du carnet rose de l'Élysée est en train d'être remplie et montrée au vulgo ?

Quelle importance « que quoi », lorsque la Chine peut provoquer à sa guise la chute financière des États Unis et du monde ?

Quelle importance « que quoi », lorsque la nano et/ou la bio et/ou la psycho technologies anéantissent les dimensions qui servaient naguère de repères non pas d'hominisation mais d'humanisation ?

Quelle importance l'humanisation ?

- Oui !

Partager cet article
Repost0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 08:44

 


On ne parle que de Dominique Strauss-Kahn. Qu'il a baisé ou pas une femme de chambre dans un grand hôtel new-yorkais ; qu'il va démissionner ou pas de son poste de Directeur Général de FMI ; qu'il sera privé de compétition présidentielle française ; et, enfin, parce que DSK est DSK.

Je trouve que tout cela arrive un peu tard. On aurait pu en débattre lors du débat sur l'identité nationale.

- Un débat qui a fait scandale.

Tandis que ce sujet, c'est une toute autre chose.

- Toute !

 

Partager cet article
Repost0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 08:43


On ne parle que de Dominique Strauss-Kahn. Qu'il a baisé ou pas une femme de chambre dans un grand hôtel new-yorkais ; qu'il va démissionner ou pas de son poste de Directeur Général de FMI ; qu'il sera privé de compétition présidentielle française ; et, enfin, parce que DSK est DSK.

Je trouve que tout cela arrive un peu tard. On aurait pu en débattre lors du débat sur l'identité nationale.

- Un débat qui a fait scandale.

Tandis que ce sujet, c'est une toute autre chose.

- Toute !

Partager cet article
Repost0
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 08:17

 

Des nouvelles arrivées des États Unis, disent que dans le trésor informatique découvert dans le terrier de Ben Laden on aurait découvert une impressionnante quantité de filmes porno.

Cette nuit, d'autres nouvelles arrivées des mêmes États Unis disent que Dominique Strauss-Kahn, l'actuel directeur du FMI si potentiel candidat socialiste à la présidence de la République Française, aurait arrêté pour agression sexuelle...

Comme on peut le voir, tout ça (nous) arrive des États Unis.

Ces amerloques, alors !

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 08:03


A l'heure de l'esclavage, on nous faisait travailler pour rester en vie. A l'heure du prolétariat, on nous faisait travailler pour gagner sa vie. A cette occasion et, je dirais, comme un accident de l'histoire, on nous faisait inventer le suffrage universel. (Comme accident de l'histoire, je disait, parce que peu après, à l'heure du sovietisme et du nazisme, on nous ressortait les travaux forcés comme expression de la modernité.) Aujourd'hui, lorsqu'on nous enferme dans la prison, on nous soigne le manque de liberté par le travail. On nous fait chanter en chœur avec les marxistes :

- C'est le travail qui a fait l'homme... !

C'est !

- Car le travail précède l'homme.

Car.

D'où l'idée tiède de Laurent Wauquie, d'obliger les gens bénéficiant du RSA (revenu de solidarité active) de prester cinq heures de travail au profit de la société, travail qui ne pouvait en aucun cas comparé avec les travaux évoqués ci-dessus.

L'idée de ce jeune ministre émanant une certaine odeur de populisme/autoritarisme/dictature met en cause les valeurs contemporaines de la société française.

Est-ce que c'est la société qui aurait vieilli, ou Laurent Wauquie qui n'a pas eu le temps d'assimiler les données de l'histoire ?

- Car trop... jeune ?

Jeune – et/ou... !

Partager cet article
Repost0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 07:42


La Syrie : du massacre.

La Libye (tiens, on n'en parle presque plus – pourquoi? que fait BHL ?) : du massacre.

La Tunisie et l'Égypte, où les Ben Ali et les Moubarak ont été chassés du pouvoir, les violences sociales et/ou intereligieuses continuent...

Des réfugiés maghrébins continuent à inonder Lampedousa, en suscitant des réflexes européens anti-Shengen...

La Côté d'Ivoire – tiens, que se passe-t-il dans cette partie du monde aujourd'hui ? – interdit l'entrée dans le pays aux avocats sulfureux mais libres et français, qui veulent prendre la défense du président-dictateur perdant.

Manifestement, nous sommes confrontés à la visibilité de la bêtise cachée.

Nous !

Partager cet article
Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 07:19


« Or, puisque Dieu n'a pas de 'droits' dont l'exercice puisse être poursuivi pas la force, il ne saurait jamais être considéré comme renonçant à de semblables 'droits' ».

La phrase me fait du bien.

- Du coup !

Du.

Les « Réflexions sur l'oraison dominicale » d'Aldous Huxley, d'où j'ai extrait cette phrase, débordent d'éons poétiques, comme ci-dessus. Mais c'est cette phrase notamment qui à éclaté dans mon esprit ; qui l'a fait éclater – dans le sens d'illumination et non pas de l'explosion, naturellement.

- Naturellement – ou divinement !

Ou.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 04:07


Je disais hier que les images avec l'équipe d'Obama regardant « en direct » l'intervention du commando américain qui a tué Ben Laden sont au moins troublantes. Elles le sont d'autant plus à présent, où le Grand Voyeur, Annonciateur du Big Brother, a décidé que lui seul, plus quelques autres, élus on sait pas exactement comment, orait le droit de voir l'horreur (probablement inévitable, car probablement nécessaire) qu'ils ont déclenchée :

- L'exécution de Ben Laden.

Exécution probablement sauvage, boucherienne – ou plus.

Le vulgo n'a pas le droit aux images réservées (en direct, s'il vous plaît) aux élites. Les crétins d'en bas ne seront pas capables de comprendre ce que leurs élus on fait (de nécessaire et d'horrible) – aux nom de mêmes crétins d'en bas.

On n'aimerait pas avoir un président comme Obama. On se santerais pas représente par lui. Même plus : on ne se laisserais pas présidé par lui.

- Sérieusement ?

Oui, sérieusement. Tant que l'utilisation de l'« on » peut impersonnaliser, voire dépersonnaliser, voire apprivoiser la révolte.

Quoique...

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 09:57


Les images avec l'équipe d'Obama regardant « en direct » l'intervention du commando américain qui a tué Ben Laden sont au moins troublantes.

Mais comment ça, voyons !

Premier trouble : comment organiser la prise d'images ? Il y avait des caméras, nous dit-on, sur les casques des soldats. Mais il y avait aussi quelqu'un, un distributeur d'images, un metteur en scène, qui décidait quelle image envoyer – vers l'équipe présidentielle. Elle se trouvait où, cette personne ?

Deuxième trouble : pourquoi se sont-ils mis en scène, les membres de l'équipe présidentielle ? Qu'est-ce qu'on voulait nous dire en nous montrant les puissant du monde regardant quelque chose dont on nous disait que ce serait des images « en direct » de l'attaque américaine (et pas un film porno, par exemple ; ou un filme avec Mikey) ?

Troisième trouble : pourquoi avons nous eu part d'une série de 'images fausses de Ben Laden mort ?

Quatrième trouble : Pourquoi n'a-t-on eu part d'une image vraie dudit Ben Laden mort ? (Et comment savoir maintenant, quand on nous montrera peut-être l'image « atroce » du cadavre, qu'elle serait vraiment vraie ?)

Cinquième trouble : pourquoi a-t-on appris d'abord que Ben Laden se serai opposé à l'attaque américaine ? Pourquoi a-t-on appris à la même occasion qu'il aurait pris en otage une femme ? Pourquoi, ensuite, nous on fait savoir qu'il s'agissait de l'épouse de Ben Laden (une seule ?), qui n'a pas été tuée, même si elle s'est montrée agressive, mai seulement blessée à la jambe ; et, du coup, que Ben Laden n'était pas armé... ?

Sixième trouble : On se souvient sans doute des images où les avions frappaient les deux tours du Wall Center. Là aussi, on peut se demander qui se trouvait derrière les appareils qui prenaient ces images ? Je parle surtout des images concernant le premier avion. Et qui a organisé ensuite le spectacle télévisuel planétaire consacré à ce terrible attaque terroriste?

Septième trouble : On se souvient les images de la première guerre du Golfe et de leur air de jeu électronique.

Huitième trouble: On se souvient des images de Timisoara, du temps de la soi-disant Révolution roumaine...

Ce sont des prouesses audiovisuelles, accompagnées des commentaires plus ou moins qualifiés s'avérant toujours incapables d'expliquer vraiment les choses. Des exploits d'incompréhension. Comme le soit-disant printemps arabe d'aujourd'hui.

Des exploits d'incompréhension, donc – et des crétinismes.

- Mais voyons !

En cédant – de nouveau – à la paranoïa informationnelle, journalistique, je dirais que tout ça ressemble beaucoup à une guerre. Une guerre d'où l'information (des)informative ne peut pas manquer.

- Comme dans toutes les guerres – menées par n'importe qui et contre n'importe qui – voyons !

Voyons !

Partager cet article
Repost0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 08:39


Qu'un certain commando américain aurait tué un certain Oussama Ben Laden, avec ou sans la complicité d'un certain pouvoir pakistanais et que le corps dudit Ben Laden aurait été jeté à la mer (pour des varies motifs), cela correspond sans faute aux choses déjà vues. Ce sont des choses contenues – et peut-être créées, même – par l'histoire.

Mais que deux avions civils détournés par des terroristes se jettent sur deux grattes-ciel pour faire presque trois milles morts parmi les civils, cela tiens sans doute du futur.

- Un futur historique !

Un.

 

Partager cet article
Repost0